Le labyrinthe de Pan – Conte de fées façon Guillermo Del Toro

la labyrinthe de pan guillermo del toro

« Espagne, 1944. Fin de la guerre.
Carmen, récemment remariée, s’installe avec sa fille Ofélia chez son nouvel époux, le très autoritaire Vidal, capitaine de l’armée franquiste.
Alors que la jeune fille se fait difficilement à sa nouvelle vie, elle découvre près de la grande maison familiale un mystérieux labyrinthe. Pan, le gardien des lieux, une étrange créature magique et démoniaque, va lui révéler qu’elle n’est autre que la princesse disparue d’un royaume enchanté.
Afin de découvrir la vérité, Ofélia devra accomplir trois dangereuses épreuves, que rien ne l’a préparé à affronter… » (Source Sériebox)

Depuis des années, j’entends parler du Labyrinthe de Pan. Tout le monde en ressort un peu traumatisé, et pourtant j’étais certaine qu’il s’agissait d’un film pour enfants. L’héroïne est une petite fille, l’histoire un peu mystique et fantastique… Je me demandais vraiment ce qui pouvait être si terrible ! Connaissant un peu l’univers de Guillermo del Toro, j’aurais dû me douter que j’avais été bien naïve de croire à un conte merveilleux pour les enfants…

la labyrinthe de pan guillermo del toro

On suit donc l’aventure d’Ofélia, qui n’aime pas vraiment son nouveau beau-père (et elle a bien raison) auquel est complètement soumise sa mère, enceinte de lui. Jusque là, c’est pas très joyeux. Mais elle découvre le labyrinthe et le Pan (ou le faune dans la version Netflix) qui lui révèle qu’elle est la princesse d’un royaume. Elle doit accomplir trois épreuves pour accéder au royaume et retrouver son statut royal, et c’est sa seule source d’espoir dans sa vie. Tout au long du film elle va s’en prendre plein la tronche la pauvre, vraiment ça m’a fait beaucoup de peine pour cette enfant qui se retrouve au milieu d’une guerre, entourée de gens cruels et sans pitié.

la labyrinthe de pan guillermo del toro

D’ailleurs, le contexte historique joue beaucoup dans ce film. Du début à la fin on est pleinement plongés dedans et on ne nous épargne rien des horreurs de la guerre. Le dictateur Franco étant au pouvoir, on voit les partisans du régime traquer les rebelles, je trouve la reconstitution vraiment réussie puisqu’on s’y croirait vraiment, contrairement à certains films où tout est exagéré pour en mettre plein la vue aux spectateurs. Ici, Vidal (le beau-père d’Ofélia), est quelqu’un de méchant, macho, autoritaire et sans limites. Certaines scènes sont vraiment dures à regarder, que ce soit lors de violences physique ou psychologiques. Oui, le monsieur n’a vraiment rien pour lui et joue sur tous les fronts.

la labyrinthe de pan guillermo del toro

L’histoire en parallèle, celle du labyrinthe, est au contraire très jolie et poétique. On se demande s’il s’agit d’un monde imaginaire dans lequel Ofélia se réfugie ou si c’est réel, si cette histoire magique et fantastique est réelle. On croise des créatures venues d’autres mondes, tantôt mignonnes tantôt terrifiantes, on croise aussi des craies qui ouvrent des portes et des crapauds géants. Bref, c’est très onirique, les scènes des épreuves sont d’ailleurs brillamment éclairées et colorées par rapport aux scènes de la vie quotidienne qui sont ternes et moroses. J’étais vraiment à fond dans le film, je l’ai beaucoup aimé et je ne lui ai pas trouvé de défauts, d’un bout à l’autre il était parfait. Même si au final ce n’est pas un film pour les enfants :D.

la labyrinthe de pan guillermo del toro

 

En résumé : le Labyrinthe de Pan est un film dur et incroyablement triste. La fin est terrible et vous laissera un arrière goût de tristesse pendant longtemps dès que vous y penserez. Les épreuves que subit Ofélia aussi sont assez dure pour une petite fille. L’atmosphère autour de l’ambiance magique est triste et cruelle… Blindez-vous un peu avant de le regarder, c’est juste un conseil ;).

Vous l’avez déjà vu ? Qu’en avez-vous pensé ?

signature-tatiana

, , , ,

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire

Design by iamroot